26 sept. 2012

Trail de la Belle Etoile 2012


ça c'est un joli nom pour une course!
Il y a le trail d'Albertville plus tôt dans la matinée, sur une distance qui convient bien à Cyril dans sa prépa, ce trail "découverte" fait 9km, BINGO je m'inscris!
Sur cette distance de dénivellé est en général faible (de plat à 250D+) donc je ne m'inquiète guère, puis la date approchant je fais quelques investigations sur le site du CAF d'Albertville, le trail de la belle étoile correspond à la seconde partie du trail des Balcons de Mercury (21km) je regarde le profil altimétrique et là......ah oui quand même!!! ça grimpouille un peu! à vue de nez 500D+. En se rapporchant encore de la date fatidique je tombe sur le profil "Open runner":


611D+!!!! ça y'est je meurs! oui ça fait ça quand on programme des courses au feeling sans se soucier du tracé!
Donc on arrive à Albertville le samedi, on trouve un hôtel (oui pas de réservation non plus: la vraie aventure!), on va chercher les dossards: 860 pour moi et après un repas de champion (pâtes et pâtes) une bonne nuit de sommeil s'impose.
Bonne? pas tant que ça, je commence à ressentir la pitrouille, vous ne connaissez pas? Allez lire le blog de Marie Dorin (grande championne de Biathlon) elle vous parle de la pitrouille dans article du 01/12/11. J'ai donc passé la nuit avec ma pitrouille bien calée à côté de mon estomac. Au reveil, à 5h45 (oui je cours à 11h00 mais Mr part à 7h30), les jambes sont raides, le genoux douloureux, bref ça part pas tip top tout ça...
Direction le centre ville d'Albertville pour le premier départ, on se reverra dans 5h! Puis direction le plan d'eau de Mercury à quelques kilomètres de là où le départ de ma course se fera plus tard dans la matinée, il n'est pas encore 8h j'ai donc le temps de faire un petit somme pour chasser la pitrouille encore bien présente, car au fond 600D+ c'est quoi?? c'est juste le double du dénivellé maximum que j'ai fait en course! une broutille quoi!

Je me prépare, puis j'hésite, puis je me décourage, puis je me recourage! 10h30, la navette nous emmène jusqu'à la Soffaz (point de départ), la pression monte, départ dans quelques instants, les dernières recommandations sont données par l'organisation et..........crampe dans le mollet! Nan mais c'est pas possible!!!! elle est pas pour moi cette course! Je pars quand même en trottinant, la foule est devant moi et au bout de 50m la première montée commence, ce qui me rassure c'est que tout le monde marche (enfin ceux que je vois, les premiers sont eux déjà trop loin) mon mollet se décontracte un peu, je sais que pendant 35.km ça grimpe, alors je prend mon mal en patience. En calculant à la louche je me suis donnée 45min pour arriver en haut.
Sur cette portion j'arrive à doubler quelques personnes qui comme moi se demandent ce qu'ils font là, ma technique de marche rapide en côte n'est pas si mauvaiseet au moindre replat j'essaye de courir un peu. On arrive sur une route juste avant lagrandemontéequifaitpeur oui celle à plus de 15%, un bénévole me dit qu'il reste encore 1km de montée je regarde ma montre et me dis qu'il reste plutôt 1.5/2km de montée franche, ça change beaucoup de chose à ce niveau là, mais les kilomètres des bénévoles et ceux des coureurs sont bien souvent différents!!!
On arrive (enfin) au fort de Tamié en 41 min ouf j'ai pas mouru, je suis dans les temps, la vue la haut est superbe mais pas le temps de s'arrêter, je passe davant le ravitaillement et entame la descente et ......ah ben non en fait encore une côte! Pas très longue mais très casse-pattes. Arrivée en haut je prend mon ravito/gourmand perso: un gel énergétique GU Chocolat/menthe: c'est juste une tuerie, un aftereight mais fondant et qui donne la patate, le pied quoi!
Donc maintenant la vraie descente commence, je m'accroche le mollet dans une ronce (aïe aïe aïe mais ce n'est que le début des bobos), on rejoint les coureurs du grand parcours je me dis que mon chéri va peut être me dépasser à tout moment.
Le sentier est agréable, en sous bois, on coupe régulièrement la route sous les encouragements des bénévoles (très enthousiastes pour certains!). J'ai aussi croisé un spectateur très désagréable avec des reflexions plutôt pas cool quant à certains de mes attributs féminins mais bon mieux vaut fermer ses oreilles....
Dans la dernière portion de sous bois, je m'écarte pour laisser passer quelques coureurs du 34km (dont Nicolas de Offrun mais dans la course je ne l'ai pas reconnu).Un coureur passe à côté de moi à toute vitesse et quelques mètres devant moi il glisse sur le sentier humide, il se relève et commence à repartir puis s'arrête pour faire quelques étirements (crampes?) je lui demande si il va bien et PAF! je glisse juste au même endroit Embarrassé! ça va pas de bobos! Je repars, on sort du sous bois pour prendre le dernier sentier qui nous menera à la route de l'arrivée. Et là, je sais pas comment je me suis débrouillée, mais je fais un valdingue digne d'un 10/10 en patinage artistique et je dois dire que ma visière (merci goodpeoplerun) m'a sauvé la mise sinon je tapais la tête la première sur le sol! Gros bobo à l'épaule et au tibia qui à l'heure où j'écris sont encore douloureux et ont pris une couleurs beurk!
Mais bon je me relève, je suis à moins d'une kilomètre de l'arrivée, se serait bête d'abandonner maintenant, je boitille un peu mais l'adrénaline de la fin de course me permet de repartir, on arrive sur une route où le Mont Blanc apparait devant nous, majestueux, c'est sublime.

Une personne de ma course me double à ce moment là, et bien non je ne me laisserais pas faire et je la redouble au sprint dans les derniers mètres, nanméo je vais pas me laisser faire!
Au final, je termine la course en 1h24 (je m'étais donnée 1h30 comme temps de "référence") 104ème sur 116, 16ème senior féminine. Cyril m'accueille à l'arrivée il ne m'a pas doublé car il est arrivé bien avant moi (72ème sur 228 en 4h37).
Une belle course très agréable, bon très fatiguante aussi mais ça fait parti du charme de ces courses!
J'ai bien suivi toutes les instructions de mon coach (surtout la dernière parie): gérer les montées, relancer dans les parties roulantes, tout donner en descente et une bonne bière à l'arrivée!
mes données garmin ici
et la jolie carte du parcours:

Bon maintenant les 2 prochaines courses (forêt de Russy et Templière) sont en terrain connu mais faut pas s'endormir sur ses lauriers pour autant.
Désolée pour le manque de photos sur cette course, mais je regardais plus mes pieds que les réglages de mon appareil photo, les 2 photos qui apparaissent donc sur ce texte ont été trouvées sur internet.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire